29
Déc
2014
0
Logo Nougaro En Quatre Couleurs

2 lieux, 2 voix pour un même spectacle « Nougaro En Quatre Couleurs »

Spectacle hommage à Nougaro

Deux espaces, deux atmosphères…

Les circonstances ont fait que j’ai pu assister par deux fois au spectacle « Nougaro En Quatre Couleurs » à Bordeaux, au Théâtre Trianon en septembre, au Comptoir du Jazz en novembre.

Le Théâtre Trianon est un théâtre classique où le spectateur est assis, traditionnellement orienté vers la scène surélevée surplombant le public.

Le Comptoir du Jazz est un bar jouxtant un restaurant et proposant une programmation dédiée notamment aux groupes de jazz. Le spectateur y est assis ou debout, de son plein gré ou pas…affluence oblige ! Le spectateur peut être orienté s’il le veut ou s’il le peut vers l’espace scénique tout au fond de la salle peu ou prou à la même hauteur que lui…

Pour la spectatrice que je suis et peut-être aussi pour les artistes qu’ils sont, chanteuse, musiciens, narrateur, un lieu moins formel comme le Comptoir du Jazz paraît plus adapté à ce type de spectacle. De par la configuration des lieux, la proximité avec le public est garante d’une plus grande convivialité…et donc d’une ambiance plus chaleureuse !

Le club de jazz reste le meilleur écrin au spectacle de jazz.

Il est vrai qu’au Théâtre Trianon les artistes donnaient ce spectacle pour la première fois et peut-être étaient-ils de ce fait moins à l’aise ?

Deux voix, deux ambiances…

Le lieu participe de la réussite d’un spectacle mais ce sont avant tout les artistes qui font le spectacle qui en sont les garants.

C’est ainsi qu’en entrant au Comptoir du Jazz, et alors que le spectacle avait déjà commencé, je me suis immédiatement rendu compte que la voix de la chanteuse n’était pas la même que celle que j’avais entendu quelques semaines auparavant et que du coup l’ambiance était très différente.

Commencer par s’approprier un spectacle en entendant et sans voir est une expérience très intéressante !

Je ne jugerai pas de la prestation artistique mais force est de constater que j’avais peu adhéré au spectacle au Trianon car la voix de la chanteuse me dérangeait fortement et là au contraire la voix de Carole Simon m’enchanta littéralement comme le public présent. Les applaudissements ne trompent pas et le satisfecit fut immédiat.

Je crois que la suavité de la voix de Carole Simon s’accorda tant aux textes de Claude Nougaro qu’au lieu !

Il ne faut pas omettre l’ensemble des artistes du spectacle, Valérie Chane Tef au piano, cheville ouvrière du projet, Benjamin Pellier à la basse, Didier Ottaviani à la batterie, Christian Vieussens narrateur et flûtiste.

En totale osmose avec Carole Simon, ils ont beaucoup donné ce soir-là aux spectateurs venus nombreux !

 

Leave a Reply